mercredi 29 mars 2017

Arbouty, crête éprouvante...

Crête confuse et parfois exposée,
entre gispet et rochers envahis de branches...
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Départ à 1302m.

Clairière sur fond d'Issarbe -Arbouty.

Pause fraîcheur.

Vue sur Barétous,
depuis l'entrée du bois d'Aygonce.

Nouvelle pause fraîcheur...

Vallon enneigé au nord d'Arbouty/Arbuti.

Torrent sur une variante du parcours.

A la sortie du bois, portion plus raide.

Belle vue sur la région de Barlanès,
depuis le versant nord d'Arbouty.

Face nord d'Arbouty. 

Depuis le col de Lacurde, Pic d'Iguntze.

Depuis les hauteurs du col de Lacurde, Lakhura.

Depuis les hauteurs du col de Lacurde,
Kartxela, Xardekagaina...et écobuage.

Depuis les hauteurs du col de Lacurde, 
Pic d'Orhy/Orhi.

Montée dans le bois d'Arbouty, 
au milieu des arbres effondrés...

Premier piton raide et exposé (évitable)

Dernière portion raide et partiellement enneigée,
sous le sommet d'Arbouty.

Depuis le premier piton, 
vue sur le col de Lacurde, Iguntze, et Arbailles au loin.

Depuis le plateau terminal d'Arbouty/Arbuti,
Lakhura, Kartxela.

Dernier regard vers Arbouty, en descendant
du bois situé sous le col des Hournères.

Depuis la descente vers la station d'Issarbe,
le Pic d'Issarbe.

Depuis la descente vers la station d'Issarbe,
Soumcouy et pic d'Anie.

Station d'Issarbe,

29 mars 2017:
Autant le dire d'emblée: voilà le genre de crête où il ne fait pas bon traîner ses grolles en toute saison...

Le parcours, situé sur la longue crête d'Issarbe,  s'est en effet beaucoup dégradé ces dernières années, en raison des tempêtes hivernales dont "Xynthia" en 2010. La progression, à partir du col de Lacurde, est compliquée par le franchissement d'arbres abattus, alors que la crête sommitale est encore plus dévastée.

Entre les deux portions, il faut user de contournements plus ou moins judicieux. Ce jour-là, en compagnie de ma fidèle coéquipière Hanna, plus toutou-terrain que jamais mais un peu paniquée par moments, j'ai un peu navigué sur la crête nord d'Arbouty, avant de redescendre en terrain confus en direction d'Issarbe, où même le GPS n'a fonctionné que par intermittence...

Heureusement, le parcours offre des vues superbes sur la Haute Soule et le  Pic d'Anie - un peu limitées par des écobuages ce jour-là, -au point de susciter l'envie de revenir  en ces lieux...


RESUME DU PARCOURS
Zones hors sentier et crête rocheuse délicate;
plateau sommital dévasté (arbres abattus)

Accès route: en venant d'Oloron ou de Montory, quitter la D918 pour prendre la direction de Barlanès et de la station de ski de fond d'Issarbe. Environ 1.3km avant celle-ci, se garer dans un virage en épingle, vers 1295m.

0h 00: Virage à 1302m; 30T 0678953; 4765882.
On s'élève à l'OSO sur le chemin caillouteux pour rejoindre rapidement un plateau et une clairière.
La voie descend un peu vers la droite, traverse un ou deux ruisseaux puis s'élève plein ouest vers un mamelon.
0h 20: petite croupe à 1333m; 30T 0678236; 4766080. Un cairn discret indique vaguement la voie à suivre, direction ouest dans le bois. Quelques traces de couleur orange ornent un ou deux arbres, puis le sentier, peu visible dans les feuilles, descend légèrement vers un vallon (flèche sur un rocher à 1341m; 30T 0667929; 4766106). 
J'ai alors remonté un peu trop tôt la crête boisée direction sud-ouest, alors qu'il suffisait de rester en lisière de forêt, plutôt plein ouest. 
La voie devient alors plus raide, un peu éprouvante car enneigée ce jour-là, mais l'effort est récompensé par la superbe vue sur le versant nord d'Arbouty, sauvage et rocheux.
0h 45: Replat sous la crête nord d'Arbouty, 1415m; 30 0677687; 4766007.
On retrouve alors une portion boisée pour suivre, au jugé, une direction ouest, et évoluer sur des sentes en dévers et en légère descente.
On sort du bois pour rejoindre les hauteurs du col de Lacurde. On peut faire un saut jusqu'au col et profiter de la vue sur les sommets de Haute Soule.
1h 10 environ (selon neige): base du sentier d'Arbouty à 1383m; 30T 0677414; 4765918.
Un vague sentier s'élève à l'Est pour rapidement buter sur des arbres abattus qui obligent à des contournements délicats, de préférence à gauche de la crête.
Après cette zone chaotique, notre parcours a pris un tour encore plus exploratoire (!..) pour venir grimper un piton raide et exposé (voir photo) (1)
Voyant que la suite devenait scabreuse, j'ai évolué prudemment sur le fil de cette crête très raide pendant quelques minutes- en essayant de sécuriser ma coéquipière à 4 pattes qui commençait à perdre patience...-, avant de rebasculer versant nord et de grimper au jugé vers le plateau sommital.
2h environ: plateau sommital d'Arbouty à 1530m; 30T 0677871; 4765736 (2)

Certainement lassée de ces "acrobaties", Hanna a préféré contourner le sommet par la gauche et éviter ainsi la zone la plus confuse du pic. 
Nous avons alors dégringolé à flanc et sans visibilité vers les hauteurs du ravin de Hournères (moins d'arbres abattus, mais sentes très raides et toujours à flanc), pour retrouver avec soulagement les hauteurs d'Issarbe et la station, au terme d'un parcours éprouvant... 
On retrouve ensuite le bitume pour redescendre vers le point de départ.
4h 30 environ, en raison des contournements: fin du parcours.
  • (1) La grimpette de ce piton- qui n'a qu'un intérêt photogénique-  est évitable par la gauche... à chacun de voir...
  • (2) Sorte d'antécime, en terrain enfin dégagé, où la vue et beaucoup plus intéressante que depuis le sommet lui-même, entièrement dévasté et boisé.

2 commentaires:

senpertar a dit…

Aupa Peio,

Je vois que tu es finalement retourné sur ce beau massif, avec le soleil cette fois!
Je ne connais pas cette crête, cela a l'air corsé! Souvent ce ne sont pas les portions les plus abruptes les plus dangereuses. Quand la végétation s'en mêle....la prudence s'impose.

Izan ontsa

Lagrole a dit…

Aupa ta milesker Senpertar !
C'était un peu chaud en effet... mais j'ai eu tort de grimper directement sur le premier piton, pensant éviter les branches.
La voie "normale" descend un peu à gauche, donc versant nord, et on peut ensuite remonter au jugé (raide) en visant la crête.
Comme indiqué dans le reportage j'y suis retourné quelques jours plus tard pour bien repérer les passages manqués la première fois... et qui entre temps s'étaient couverts de neige.
La partie finale et le sommet sont bien dévastés même si les arbres sont désormais tassés.
Laster arte.